Jour 11 – Ventosa – 17 km – Total : 187 km

Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski»

Journée habituelle. Levée tôt, je pars tout de suite après avoir déjeuné.

Un peu plus tard, je m’arrête et consulte mon «Miam-miam dodo» qui m’indique un beau refuge à Ventosa.

Quand j’arrive tout près de l’intersection pour le village, je constate que beaucoup de pèlerins prennent ce chemin. Je m’énerve un peu car il est déjà passé midi et je me dis qu’à ce rythme, je n’aurai plus de place. J’accélère. Malgré tout, j’avance moins rapidement que la plupart des autres pèlerins surtout à cause de mes ampoules. J’accélère encore un peu. Je fatigue vite. Je m’essoufle. Et il y a encore des pèlerins qui me dépassent…DSCN1130

Je fais un bon 2 kilomètres comme ça et finalement, j’arrive tout près de l’albergue pour constater que… je suis la première. Tous ceux qui prenaient le chemin du village s’en allait plutôt au bar (c’est comme ça qu’on appelle les restaurants en Espagne). Je m’écrase près de la porte avec mon sac à dos encore sur le dos. Je me trouve complètement ridicule. Il faut que j’arrête de m’énerver comme ça. J’ai encore plus de 500 km à faire et si j’agis comme ça à chaque fois, je n’y arriverai jamais.

Je reste un bon 15 minutes assise là à réfléchir. Le Chemin nous fait réaliser tellement de choses. Comme cette situation. Je suis sur le Chemin depuis 11 jours et je n’ai jamais eu de problèmes à me loger. Pourquoi suis-je si inquiète alors ?

Des pèlerins commencent à arriver. On échange tous ensemble puis l’hospitaleros nous ouvre. C’est un TRÈS beau refuge. Impressionnant ! Seule déception, la dame n’est pas très accueillante. Mais faut faire avec ! Elle est peut-être lasse des pèlerins qui ne sont, fort probablement, pas toujours aimables.

Je m’installe dans un beau petit coin tranquille et bonheur, il y a du Coke diète (Coca light en Europe) dans la machine. Il y a même du chocolat. Je m’achète une KitKat et un Coca et j’écris à Marcel. Dieu qu’il me manque !

Je quitte ensuite pour aller à l’épicerie m’acheter des trucs pour me faire à souper. Au retour, j’apprends que les jeunes pèlerins de l’albergue ont fait de la bouffe pour tout le monde. Il faut apporter du vin si on veut avoir le droit de bouffer. Youppi !

On mangera ce soir-là des plats typiquement allemands, hollandais, suisses, danois et j’en passe. Il y a 11 nationalités autour de la table. Après le souper et après avoir bu tout le vin, ça chante des chansons du pays. On en entend de toutes les sortes. Les Italiens chantent «O-So-Lé-Mi-OOOOOO» (voir le vidéo). On rit beaucoup. Ils me demandent de chanter du Céline Dion.

Ben oui ! Un chausson avec ça…happy-wink