Jour 34 – Triacastela – 21 km – Total : 651,5 km

Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski»

Nuit difficile car le jeune homme qui couchait au dessus de moi a bougé sans arrêt toute la nuit. Je n’en revenais pas. Il n’a pas du dormir beaucoup car il a été couché toute la journée. angry-sick
DSCN2276
Je pars encore quand il fait noir. Je vois bien qu’il y a de gros nuages en bas. Je dis en bas car je suis carrément au dessus des nuages. Je regrette presque de ne pas voir ça mais ce n’est qu’une question de temps car le soleil se lève et je suis toujours au-dessus des nuages. C’est magnifique ! À l’Alto de San Roque, je croise Michel qui me prend en photo devant la statue du pèlerin qui se tient face au vent. Il ne devait pas avoir chaud, dans le temps, avec leurs petites sandales et leurs robes de bure. 

Par contre, une fois dans les nuages, c’est froid. Très froid ! Je m’arrête pour mettre un chandail de plus. Je m’arrête à nouveau pour mettre ma laine polaire. Je m’arrête une troisième fois pour mettre mes mitaines. Dieu ce qu’il fait froid ! Puis tranquillement, le temps s’éclaircie. Je croise un troupeau de chèvre avec leur gardienne loin derrière. J’adore ça !

Voilà finalement Triacastela. Michel, Jeannette et Mayie sont déjà là. Je demande au Français qui est dans leur dortoir (de petits dortoirs à quatre lits) s’il peut changer de place avec moi. C’est que dans mon dortoir, il n’y a que des hommes. Un peu intimidant quand même ! On va tous souper dans un petit restaurant végétarien. Sans le vouloir, pendant le repas, j’accroche mon verre de vin qui tombe sur Jeannette. Je suis terriblement embarrassée. Qu’est-ce que je suis maladroite ! 

Jeannette me rassure en revenant des toilettes et m’affirme que tout est correct, que sa veste ne restera pas tachée. Tout le monde finit par rigoler. Moi beaucoup moins.