Jour 35 – Barbadelo – 22,5 km – Total : 674 km

Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski – Partie A»
Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski – Partie B»

Je pars tôt ce matin et il fait encore très noir. Je vois un peu mais sans plus. Lorsque j’arrive à côté d’un entrepôt, j’entend des jappements de chien. Plus j’avance et plus c’est fort. Je regarde à ma gauche et je les vois derrière la clôture mais je me dis, ils sont enfermés. Puis tout d’à coup, entre deux arbres le long de la clôture, j’en vois un qui  va de gauche à droite en soulevant la poussière. Je ne vois que sa silhouette et je vois qu’il a les pieds très écartés comme s’il allait sauter…
 
… Et il saute ! Directement vers moi ! Je suis surpris et je me précipite vers ma droite mais, en raison du poids de mon sac à dos, je tombe par terre. Et il s’approche ! Au même moment, d’autres personnes arrivent dont Michel. Aussitôt, le chien part vers eux et là, je vois qu’il a une chaîne qui le retient. Quelqu’un m’aide à me relever et je m’éloigne. Je vois le chien au travers des lampes frontales, énervé comme un fou, et la poussière qui se soulève. Une image digne d’un film d’horreur. Je tremble comme une feuille. 
 
DSCN2371Je reprends mon chemin mais je suis encore très agitée. Puis ça passe. Je pense à autre chose.

Je croise de beaux petits villages. Les premières bornes indiquant le nombre de kilomètres qu’il reste à faire jusqu’à Santiago sont apparues depuis quelques temps déjà. C’est très pratique et encourageant. Aussi, les sentiers sont beaucoup moins rocailleux et la forêt plus agréable que les longs sentiers rectilignes des dernières semaines. Il y a des chênes énormes et je commence à voir des eucalyptus. Beaucoup de bétail également. Et c’est si vert !

Une fois à l’albergue (construite dans une ancienne école), je me repose un peu puis je cherche quelque chose à manger. Je suis déçue de constater qu’il n’y a rien à des kilomètres à la ronde. Une petite roulotte est installée derrière l’albergue et ils offrent quelques trucs à manger dont le fameux sandwich espagnol. Ce sandwich est composé d’une baguette de pain avec du jambon à l’intérieur.

Point. surprised

Pas de beurre, pas de moutarde, pas de laitue, parfois du fromage et puis rien ! Assez «sec» comme repas. J’ajoute une bière pour le ramollir un peu en mangeant. 

Plus tard, alors qu’il fait très noir, je vois l’hospitaleros refuser plusieurs pèlerins quoiqu’elle ait un salon entièrement vide. Dans d’autres albergues, j’ai vu beaucoup d’hospitaleros sortir des matelas et les étendre partout dans le salon, la cuisine voire les corridors mais ici, elle refuse obstinément. Pauvres pèlerins qui doivent se payer encore plusieurs kilomètres avant de pouvoir se reposer. 

Je me promène dans les rues de campagne. Un tracteur passe avec le cultivateur et sa dame assise à côté de lui. Elle me fait un large sourire que je lui rends. Ce petit geste de gentillesse me fait plaisir et me réjouie, moi qui ai le coeur dans l’eau. Je suis fatiguée et j’ai hâte que le Chemin soit terminé. Je m’ennuie de ma famille et je me sens très seule.