Jour 39 – Santa Irene – 24,5 km – Total : 765,5 km

Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski – Partie A»
Visualiser le trajet sur le site espagnol «Consumer Eroski – Partie B»

Je pars en pleine forme ce matin. Je tente de faire le moins de bruit possible dans le dortoir pour ne pas réveiller la petite famille qui se lèvera tard, selon ce que m’ont dit les parents hier.

Je marche rapidement et tout va bien. J’aimerais me rendre à Pedrouzo. Pourtant, après une quinzaine de kilomètres, je sens une brûlure à un orteil du pied gauche. Merde ! que je me dis, je n’aurai pas une ampoule si près du but ! Je m’arrête dans un bar et me déchausse pour constater qu’effectivement, j’ai une ampoule énorme. Zut et re-zut ! Je m’opère du mieux que je peux (c’est quand même un peu intimidant dans le bar) et je repars. Après 24 kilomètres, c’est impossible de continuer. Je décide de m’arrêter à Santa Irene. Je consulte mon «Miam-Miam Dodo» et il est écrit, au sujet de l’albergue privée «Santa Irene»; «Petit refuge de luxe». 

40B-SantaIreneWow ! Du luxe ! C’est possible ?  Je me précipite. Je cogne, je re-cogne mais pas de réponse. Bon, il n’y a plus de place ! Il est quand même 14h30. Je m’assieds sur le banc de pierre près de la porte et je rumine, fâchée de la situation. Pas encore totalement désespérée, je cogne encore une fois. Et là, une dame vient m’ouvrir. Je lui demande «Completo ?» (c’est une manie chez moi) et elle me répond que non mais que dans cette albergue, c’est 12 euros la nuit. Ben oui, pis ? que je me dis. Je suis une grande blessée moi madame ! que je me dis encore. excited

J’entre et elle me fait visiter. Je regarde tout ça et je n’en reviens pas. Puis elle me montre le dortoir et me dis que, comme je suis la première (moi qui pensais que c’était complet), j’ai droit au meilleur lit. Et elle me le montre.

no-snitching

Je n’en reviens tout simplement pas. Un petit lit dans un coin, pas de voisin ni en haut, ni en bas, ni à gauche, ni à droite. YESSSSSSSSSSSSSSSSSSSS ! J’ai même des draps et une serviette ! Je prends ma douche à l’eau super chaude et je retourne m’étendre un peu. D’autres pèlerins arrivent et tout le monde est jaloux en voyant mon lit. 
CamilleFrancois-copie
Je m’installe devant une «Estrella Galicia» (bière espagnole) et j’écris ma lettre quotidienne. Je regarde le salon et la salle à manger qui sont superbes. Je flotte ! Un peu plus tard, j’ai le bonheur de voir arriver François et Camille que je n’ai pas vu depuis des jours. On soupe ensemble et on s’amuse ferme. On parle beaucoup de Santiago.

Si je n’arrête pas à «Montes del Gozo», ce sera demain le grand jour !